Ecole d'Arbitrage de l'ASVEL VBF


Pour la 2nd saison, notre club renouvelle son école d'arbitrage de niveau 2. Sous l’impulsion de Sébastien DAGOT, arbitre fédéral licencié au club pour la 2nd année qui a initié le projet lors de la saison 2018/2019, notre école d'arbitrage a lancé sa 2nd édition !!

La promotion 2019/2020 est composée de 16 jeunes filles licenciées à l'ASVEL VBF ! Parmi elles, sept d'entre elles entament leur 2nd année dans l'école d'arbitrage, et les neuf autres débutent cette saison. Elles pratiquent toutes la compétition en tant que joueuses, dans les catégories U11 à U20.

La formation de l'école d'arbitrage se décompose en 2 parties : une partie théorique, lors de sessions spécifiques qui se déroulent le samedi matin, et une partie pratique, avec des convocations de nos arbitres clubs en formation lors des matchs départementaux le week-end L'encadrement est toujours présent et attentionné afin de permettre à nos jeunes officiels de s'aguérir et se former en continue. 

Le travail est renforcé grâce aux outils pédagogiques détenus dans la mallette FFBB « Formation arbitre club », (Livret de formation, carnet de suivi, sifflets, chasubles, …) mais surtout par l’expérience des formateurs : Sébastien Dagot, responsable de l'école d'arbitage, accompagné de son équipe : Mathilde Letellier, jeune arbitre au niveau nationale (NM2-NF1) qui a gravi très rapidement les échelons de l’arbitrage – Anaëlle Faure, Perrine Brun et Rozenn Ghali, arbitres officiels départementaux et joueuses U18-U20.

Enfin, pour la première année, nous avons une maman bénévole qui assure le secrétariat et la correspondance de l'école d'arbitrage, en la personne de Marlène Lefort. Un plus pour aider au développement de cette filière.

L’objectif en fin de saison est que chacune de ces « arbitres club en formation » connaissent les bases de l’arbitrage, les règles essentielles, les gestes et les points clés permettant la bonne gestion d’une rencontre. Elle pourra alors recevoir la carte et le diplôme « arbitre club », sous certaines conditions (couvrir au moins 5 rencontres et assister au 12h de formation) et participer activement à la vie associative dans l’avenir pour arbitrer les rencontres de jeunes. A plus long terme, pourquoi pas de créer des passions qui pourraient amener certaines de ces arbitres clubs vers des formations diplômantes, et pourquoi pas suivre l’exemple de leurs formateurs !!

 

ECOLE D'ARBITRAGE PROMOTION 2019/2020


 

Un grand merci à Olivier BLATRIE, président de ligue AURA, Blandine TOULLIER, présidente de l'ASVEL VBF, et Stéphane BRUN, trésorier, qui étaient présents pour l'ouverture de la saison de notre école d'arbitrage le 28 septembre.

LES DATES DE FORMATION

DESIGNATION :

Chaque week-end, nos arbitres club en formation sont désignés, à tour de rôle, en fonction des plannings des matchs à domicile, et de leur planning de match respectif en leur qualité de joueuse. Nous ne demanderons jamais à l'un de nos arbitres d'officier au lieu de jouer. La correspondante se charge d'envoyer les convocations pour les joueuses désignées en début de semaine.

  

FORMATION :

Les dates de formation pour la première phase sont les suivantes : 

SAMEDI 28/09

SAMEDI 12/10

SAMEDI 09/11

SAMEDI 30/11

SAMEDI 14/12


Salle Raphaël De Barros - de 9h à 11h


 


Présentation des formateurs et tuteurs


Sebastien DAGOT

Responsable de l'école d'Arbitrage

Arbitre Fédéral


Mathilde LETELLIER

Formatrice de l'école d'Arbitrage

Arbitre "stagiaire National"


Perrine BRUN

Formatrice

Arbitre Régional jeunes

Joueuse en U18 - Niveau régional

Anaëlle FAURE

Formatrice

Arbitre départemental 

Joueuse en U20 - Niveau régional

Rozenn GHALI

Formatrice

Arbitre départemental

Joueuse en U20 - Niveau régional

 


PROMOTION 2019/2020

 "Arbitres Clubs en Formation"

Maëlle MUSTAPHA

 U15 

2nd année d'école d'arbitrage


Angèle DAGOT

U15 

2nd année d'école d'arbitrage


Esma HEDDADJI

U13 

2nd année d'école d'arbitrage

 

Constance

MILLAT CARUS

U13 

2nd année d'école d'arbitrage


Maëlle 

DE OLIVEIRA

U13 

2nd année d'école d'arbitrage


Ninon

DIANI LE LOUP

U13

2nd année d'école d'arbitrage


 

 

PHOTO A VENIR

 

Inès POLY CASTRO

U11

2nd année d'école d'arbitrage


Carla ANDRELLI 

U13

1ère année d'école d'arbitrage


Orlynessia AGNES

U13

1ère année d'école d'arbitrage


Mariama SOW 

U13

1ère année d'école d'arbitrage


 

Anna TEXTORIS

U11

1ère année d'école d'arbitrage

 

 

PHOTO A VENIR 



Lina GUERGOUR

U15

1ère année d'école d'arbitrage

 

 

 

Jeanne GIRARD

U20

1ère année d'école d'arbitrage


Myriam BARRY

U18

1ère année d'école d'arbitrage


 Formation Initiale en cours

Noémie N'GUEMA

U20

1ère année d'école d'arbitrage

Formation Initiale en cours

  

PHOTO A VENIR 


 

PROMOTION 2019/2020 - PHOTOS 



INTERVIEWS ..

 

Olivier BLATRIE – « Président de la ligue AURA de Basket-Ball »

" J'ai eu le plaisir d'aller à la rencontre de cette école d'arbitrage. Un vrai bonheur de voir ces jeunes filles, pour certaines très jeunes filles, aussi appliquées à leur apprentissage, théorique comme pratique. Vous faites la preuve à Villeurbanne que le fait d'être à 100% un club féminin n'est pas un obstacle et qu'en proposant avec conviction et organisation, il est possible d'éveiller des vocations...en l'occurence dès le plus jeune âge. Félicitations à Sébastien Dagot pour sa démarche et à Mathilde Letellier pour son apport. Merci pour votre contribution au développement de l'arbitrage sans qui nos compétitions ne pourraient se dérouler dans des conditions normales".

 

Sébastien DAGOT – « Responsable de l’école d’arbitrage - ASVEL VBF »

« Il n'y a pas besoin de beaucoup de réflexion pour remarquer qu'il y a un manque énorme d'arbitres … nous avons décidé de créer l'école d'arbitrage d'abord de niveau 1 puis très rapidement de niveau 2 ….. Elle a pour but d'identifier des arbitres "club", avec un volet théorique et un volet pratique, où 12 heures de formation sont nécessaires pour le devenir …. Notre comportement sur et en dehors des terrains doit être exemplaire ….. La plus grande difficulté selon moi est la capacité d'un arbitre à rebondir après un match difficile où le public a été très dur …. L'arbitrage est une belle école de la vie et cela vous servira au quotidien !

Retrouvez l’interview complète de Sébastien ci-dessous

 

Mathilde LETELLIER – « Formatrice de l’école d’arbitrage - ASVEL VBF »

« Après avoir été détecté « Potentiel Féminin » je suis passée fédéral à l’âge de 20 ans (NM3-NF2-NF1) et je viens de passer « stagiaire » national cette année (NM2 -ESPOIR PRO A – NF1) …. Pour moi l’arbitrage c’est l’école de la vie. Cela m’a beaucoup aidé en tant que joueuse ... Il permet de développer ou de maintenir la qualité d’intégrité, la maitrise de soi, la prise de responsabilité et développe une confiance en soi dans sa prise de décision … Il y a seulement 5% d’arbitre féminin en Haut Niveau ….. Il y a des stages d’arbitres féminins dont l’objectif est de générer une vocation auprès des femmes que je conseille fortement de faire »

Retrouvez l’interview complète de Mathilde ci-dessous

 

Inès POLY CASTRO – U11 « Arbitre club en formation - ASVEL VBF»

« Quand je voyais les adultes arbitrer, cela m’a donné envie d’essayer, et quand j’ai été convoqué à mon 1er arbitrage, j’ai voulu continuer …. Je me suis rendu compte qu’il y avait beaucoup de règles que je ne connaissais pas ! J’ai hâte à la prochaine formation car nous serons sur le terrain »

 

Ninon DIANI LE-LOUP – U11 / « Arbitre club en formation - ASVEL VBF »

« J’ai voulu m’engager dans cette école d’arbitrage pour apprendre de nouvelles choses … Je suis contente de savoir maintenant ce qu’il faut faire à la table de marque avant les matchs ! »

 

Constance MILLAT CARUS – U11 / « Arbitre club en formation - ASVEL VBF »

« Je pense que l’école d’arbitrage va me permettre de comprendre le jeu et de progresser, mais aussi de m’amuser. C’est en voyant les autres arbitrer que j’ai eu envie d’essayer…. Aujourd’hui j’ai retenu quelques gestes, ce qu’il faut faire pour les changements et là ou les arbitres doivent se placer…. Je suis contente d’arbitrer cette après-midi même si j’ai un peu peur ».


A la rencontre de Sebastien DAGOT autour de 5 questions ...

1/ Peux-tu présenter ton parcours en tant qu'arbitre et formateur ? 

J'ai 39 ans, je suis marié et j'ai 2 enfants qui jouent au basket. Mon épouse a elle aussi joué il y a quelques années. J'ai d'abord joué en cadet (aujourd'hui U17) en 1995 et me suis très rapidement tourné vers le sifflet.

J'ai commencé l'arbitrage en 1996 sur un cursus totalement différent de celui d'aujourd'hui. Nous étions 3 initialement dans mon club d'origine (Tain-Tournon) à aller plusieurs vendredis soir par mois chez un arbitre expérimenté qui nous a appris le règlement page par page. Ensuite, nous sifflions TOUS les week-end dans notre club, toutes catégories confondues. Des 3, je suis le seul rescapé. J'ai passé mon examen d'arbitre départemental en 1997 pour officier ensuite 2 ans en région et rejoindre le championnat de France en 2000.

J'ai commencé à former des arbitres de mon comité (Drôme-Ardèche) de 2000 à 2005 dans une équipe jeune et dynamique. Nous avions beaucoup de moyens à l'époque et avions un contingent de 120 arbitres environ. Nous avions même créé un magazine : "l'écho des sifflets" !!!! En parallèle, j'étais élu à la ligue régionale des alpes de 2000 à 2004. J'ai levé le pied en 2005 à la naissance de ma fille pour reprendre la formation en 2016 avec la vice-présidence de la CDO du comité Drôme-Ardèche (Commission Des Officiels) jusqu'en 2018.

 

2/ Qu'est ce qui t'a amené à t'investir dans la formation de jeunes arbitres ?

Il n'y a pas besoin de beaucoup de réflexion pour remarquer qu'il y a un manque énorme d'arbitres. Les arbitres existent parce qu'il y a des joueurs et des matchs mais les rencontres ne peuvent pas se jouer sans arbitres. Face à ce constat, il m'a paru important de m'investir pour "recruter" nos futurs arbitres et trouver l'articulation idéale entre une formation solide et garder le côté loisir du basket. Ma fille est également intéressée par l'arbitrage, je n'ai donc pas hésité longtemps :-)

 

3/ Pourquoi à l'ASVEL VBF ?

Depuis 1995, j'étais licencié à l'Avant-Garde-Tain-Tournon-Basket-Club. J'ai profité en 2018 d'un changement à la tête de mon club pour "muter" et venir sur un des 2 clubs où jouent mes enfants : l'ASVEL VBF ou le CLAR. Mon choix s'est porté sur l'ASVEL VBF. Il m'est apparu que pour un club de 240 licenciés et une équipe fanion en nationale 1, le besoin en arbitre était bien présent !

 

4/ Pourquoi avoir créé une école d'arbitrage ? Peux-tu nous en présenter les grandes lignes, objectifs, organisation ?

Face au manque d'arbitres dont je parle plus haut, il m'a paru important de faire quelque chose. Avec notre superbe équipe de formateur : Mathilde, arbitre national, Anaëlle et Rozenn, arbitres départementales et Kevin, qui est entraineur, sous l'impulsion de Virginie et d'Héloïse, et suite à un sondage auprès de nos joueuses pour savoir si cela les intéressait, nous avons décidé de créer l'école d'arbitrage d'abord de niveau 1 puis très rapidement de niveau 2.

L'école d'arbitrage a d'abord pour but d'identifier des arbitres "club", c'est à dire des officiels capables d'arbitrer un match, accompagné ou pas. Ensuite, si l'arbitre "club" est motivé, engagé et que la fonction d'arbitre lui plait, nous avons le devoir de l'accompagner et de lui faire gravir les échelons de l'arbitrage, pourquoi pas jusqu'au plus haut niveau. Autrefois, chaque club/comité/ligue prévoyait la formation comme il le souhaitait. Aujourd'hui, la Fédération a établi un programme de formation en deux volets : Un volet théorique et un volet pratique, où 12 heures de formation sont nécessaires pour devenir arbitre "club".

Mon premier objectif, avec mes collègues formateurs, est d'arriver à bien motiver les stagiaires au travers d'exercices ludiques. Ensuite, la priorité sera de vite venir sur le terrain. La théorie, c'est bien, mais rien ne remplace la pratique d'autant que nos interlocutrices sont d'âges bien différents (la plus jeune est U9, la plus âgée U18). La pratique aidera les plus jeunes à plus vite comprendre les situations. Nous ferons aussi une session où nous devrons parcourir le règlement de basket qu'il faut absolument connaitre, au moins les règles les plus importantes. Enfin, nous présenterons, le cas échéant, nos arbitres à l'examen départemental en fonction de leur motivation et de leurs progrès.

 

5/ Quelles sont selon toi les qualités à avoir pour devenir arbitre ? les difficultés ?

La première qualité est l'humilité. Pas question d'avoir la "grosse tête" dans l'arbitrage ni d'avoir un sentiment de "puissance". Nous sommes au service du jeu et des joueurs et représentons notre club/comité/ligue mais aussi et surtout la Fédération. Notre comportement sur et en dehors des terrains doit être exemplaire, même si ce n'est pas tous les jours facile ;-). Il faut aussi faire preuve de beaucoup de patience, d'une maitrise de soi hors du commun, de bonnes capacités physiques, d'une excellente mémoire, mais aussi et surtout d'une grande capacité d’adaptation et de remise en question car chaque rencontre est différente, ainsi que chaque public, joueurs/joueuses et dirigeants.

La plus grande difficulté selon moi est la capacité d'un arbitre à rebondir après un match difficile où le public a été très dur, où les joueurs et joueuses ne nous ont pas épargnés et où l'atmosphère est tendue dans le gymnase. Nous avons tous vécu ces durs moments et c'est dans la gestion de tout cela à travers le travail vidéo, les discussions avec les collègues arbitres et les dirigeants arbitres, que l'on voit le futur potentiel de l'arbitre.

 

Le mot de la fin 

L'arbitrage est une belle école de la vie et cela vous servira au quotidien !

 


 

A la rencontre de Mathilde LETELLIER avec 5 questions ..

1/ Peux-tu présenter ton parcours en tant qu'arbitre et joueuse ? 

Joueuse : J’ai commencé à l’âge de 6 ans au CNB (Caen Nord Basket Club), petit club de Caen qui m’a beaucoup apporté. Puis en poussines je rejoins le club de Mondeville, où j’effectue 8 saisons.   En parallèle de cela, j’ai la possibilité de concilier ma passion et ma scolarité en Sport Etude et Pôle Espoir. En 2012, après Minimes France, j’intègre le centre de formation de Mondeville, durant deux années. A la fin de ces deux années, je m’engage au CBIFS en NF3/NF1 et aujourd’hui j’évolue en SF2 (pré nationale) au club de l’ASVEL VBF.

Arbitre : J’ai commencé à l’âge de 18 ans en tant que non officiel, notamment lors de compétitions scolaires (championnat de France UNSS). Des équipes du lycée, avaient besoin d’arbitres pour éviter de perdre par forfait. On m’a donc proposé d’arbitrer, une, puis deux rencontres et ainsi de suite.  Cela a suivi son cours et l’année suivante je suis rentrée par VAE (Validation des Acquis de l’Expérience) en tant qu’arbitre officiel. Après avoir été détecté « Potentiel Féminin » je suis passée fédéral à l’âge de 20 ans (NM3-NF2-NF1) et je viens de passer « stagiaire » national cette année (NM2 -ESPOIR PRO A – NF1).

 

2/ Qu'est ce qui t’a amené à devenir arbitre ?

Pour moi l’arbitrage c’est l’école de la vie. Cela m’a beaucoup aidé en tant que joueuse. J’ai souvent été contre les arbitres, avec un caractère de « cochon » sur un terrain, ce qui n’a pas tellement changé ... L’arbitrage ne change pas un tempérament mais la façon de voir le jeu selon un regard autre que celui de joueur. Il permet de développer ou de maintenir la qualité d’intégrité, la maitrise de soi, la prise de responsabilité et développe une confiance en soi dans sa prise de décision. Je pense qu’il est primordial que chaque acteur évoluant sur et autour d’un terrain de basket passe « de l’autre côté de la barrière » pour comprendre qu’être arbitre est plus que complexe. 

 

3/ Pourquoi à l'ASVEL VBF ?

N’étant pas de la région, j’ai décidé de partir sur Lyon pour les études, toujours en gardant en tête le basket. Je savais que la région d’AURA était très bien pourvue en club de basket, avec de très bons clubs de haut niveau, intéressant pour l’arbitrage mais également pour mon statut de joueuse. L’ASVEL VBF était juste une évidence de par sa localisation mais aussi son palmarès. 

 

4/ Est-il plus difficile de devenir arbitre lorsqu'on est une femme ? 

Je me rappellerais toujours de cette phrase quand je me suis lancée dans l’arbitrage : « C’est un monde de requin, encore plus quand tu es une femme, il faut faire sa place, il faut s’accrocher. Es-tu prête à te lancer ? ». Cette phrase est restée marquée, mais je n’ai jamais fait de différence homme/femme. Sur un terrain nous ne sommes pas définis par notre genre mais notre compétence à officier, à mon sens, c’est comme cela qu’il faut réfléchir. Nous avons la même formation, il n’a pas de différences, il faut se lancer. En tant que femme, il ne faut pas se placer comme « victime » mais assumer ses positions, ses décisions comme un « ARBITRE » à part entière qui exerce sa profession. Je pense que le fait qu’il y ai très peu d’arbitres féminins à Haut Niveau devrait motiver les arbitres féminins à gravir les échelons. C’est comme cela que je le vois. Mais c’est du travail !

 

5/ Comment expliques-tu qu'il y ait si peu d'arbitres officiels féminins ?

Cela ne s’explique pas ! Effectivement, le basket demeure le premier sport collectif féminin en France, cependant la parité chez les arbitres est loin d’être atteinte. En effet, il y a seulement 5% d’arbitre féminin en Haut Niveau. Aujourd’hui, et pour l’avoir fait, il y a des stages d’arbitres féminins dont l’objectif est de générer une vocation auprès des femmes et je conseille fortement de le faire.

 

Le mot de la fin : 

Sans arbitres, il n’y a pas de match !

 


PROMOTION 2018/2019 - PHOTOS 

              

           

 

            

 


La Boutique de l'ASVEL Basket